AU COEUR DE LA VILLE

Le Flash, une association ancrée au cœur de sa ville.

Blason_La_Courneuve_93LA COURNEUVE

 

 

 

Département : Seine-Saint-Denis Code postal : 93120 Population : 38789 habitants
Région : Ile-de-France Arrondissement : Saint-Denis Canton : La Courneuve
Maire : Gilles Poux (PCF) Mandat : 2014-2020

Géographie

La Courneuve est une commune de la Plaine de France située en proche banlieue nord de Paris, industrialisée dès le en raison de la présence de plusieurs voies ferrées.

La ville est desservie par deux autoroutes (A86 et A1), ainsi que par les anciennes routes nationales RN2, RN 186 et RN301. La desserte en transports en commun est assurée par le RER, le métro, le tramway et des bus. Avec son sol marécageux, elle était baignée par le Croult, petite rivière affluent de la Seine transformée dès le début du e siècle en égout principalement pluvial, et qui inondait régulièrement la ville lors de ses crues. Busée et enterrée, il est envisagé de la découvrir.

La Courneuve est marquée par l’importance des infrastructures de transport (autoroutes A1, A86 et leur raccordement, ligne de chemin de fer Paris-Laon, ligne de Grande Ceinture et leur liaison, le raccordement du Bas Martinon), ainsi que par la présence de grands ensembles, qui segmentent le tissu urbain et créent d’importantes coupures.

Le Parc Georges-Valbon occupe la partie nord de la commune. Il comprend une zone Natura 2000.

Histoire

La Courneuve s’appelait autrefois Saint Lucien21. C’est au XIIIè siècle que ce village se nomma Courneuve. Le nom de La Courneuve (du latin curia nova ou curtis nova, nouveau domaine) se réfère aux colons que Suger, abbé de Saint-Denis installa sur ce territoire. Suger affectionnait Saint Lucien et raconte tous les embellissements, les plantations de vignes qu’il se plaisait lui-même à diriger.

En 1896, la commune a encore une activité agricole significative, puisque 700 hectares y sont cultivés, notamment pour des cultures maraîchères, mais l’activité industrielle est déjà significative : notamment une serrurerie d’art et fabrique de grillage mécanique occupe 150 ouvriers et une teinturerie de coton occupe 50 ouvriers et ouvrières. Le bourg est habité par 1789 habitants. L’habitat est alors constitué de 576 maisons (dont 78 de deux étages et 26 de plus de deux étages), soit 515 logements, auxquels s’ajoutent 23 ateliers et 35 magasins ou boutiques.

En 1923, le Président Poincaré a décoré la commune de la Croix de guerre et l’a cité à l’ordre de l’armée à la suite de la catastrophe de La Courneuve du 15 mars 1918, où quinze millions de grenades, entreposées dans le dépôt militaire de la route de Flandres, explosent, faisant 24 morts et de nombreux blessés.

La grande industrie à La Courneuve (1850-1950)

En 1863, l’entreprise Rigal s’installe sur l’ancienne route de Flandre. Elle fabrique du noir de fumée. C’est la première activité industrielle de La Courneuve. L’entreprise sera achetée en 1935 par la ville, les bâtiments démolis et l’emplacement transformé en square. La fête foraine des Quatre-Roues s’y tiendra de 1944 à 1960.

La création d’industries importantes se développe sur une grande échelle à partir de 1885, tel que Rateau, (turbines à gaz et à vapeur) en 1904, A. Johnson et fils (machines-outils) en 1907 ou Mécano (outils coupants) en 1914. Mais c’est la guerre de 1914-1918 qui va juxtaposer, à la plaine légumière, un énorme parc industriel, en s’appuyant sur le passage du chemin de fer.

La Courneuve est alors un haut lieu de l’industrie nationale, qui subira de plein fouet la désindustrialisation de l’Île-de-France des années 1970-1990.

La Seconde Guerre mondiale

Sous l’occupation allemande, les syndicalistes forment la base d’une Résistance active, avec notamment Suzanne Masson; le 15 août 1944, une attaque permet aux résistants de récupérer un camion de mitraillettes, utilisées par les FFI.

La ville est la cible de plusieurs bombardements alliés en 1943, mais surtout en août 1944. Le 12 avril, un bombardement fait 11 morts; le 10 août, une attaque ciblant un dépôt d’essence allemand fait 8 morts et détruit des centaines d’habitations (123 totalement, 350 partiellement).

Situation administrative

La commune a adhéré à la Communauté d’agglomération Plaine Commune le 1er janvier 2005, à la suite d’un référendum local.

 

Source : Wikipédia